English Version  Deutsche Version  Version Franšaise

La clinique mobile

Malheureusement, nous n'avons plus le droit de faire marcher notre clinique mobile, étant donné que les permis de travail pour nos volontaires ne sont plus établis par les autorités. Pendant ces dernières 6 années, nous avons assisté et porté de l'aide médicale à de nombreuses personnes et nous aimerions quand même vous en parler.
Pour une grande partie de la population de Ganzi, les infrastructures médicales - hôpitaux et ambulatoires - sont pratiquement inaccessibles par suite de problèmes de distance, de santé, et de raisons pécuniaires. Il n'y a pas de sécurité sociale pour les ouvriers et les paysans. Tout traitement médical doit être payé immédiatement en comptant. Ces coûts sont très élevés. Le prix d'entrée dans l'hôpital chinois dépasse le double, même le triple salaire mensuel d'un ouvrier.
La population souffre de maladies infectieuses, de gastro-entérites, de maladies pulmonaires et coronaires, d'arthroses graves dues aux manques de soins après des cassures d'os. Le nombre de jeunes personnes tuberculeuses est en constante augmentation.
Les personnes malades - ne pouvant plus travailler - se trouvaient dans des situations très difficiles, surtout quand elles avaient à subvenir aux besoins d'une famille.

 

Les projets NIMA essayaient de venir en aide à ces personnes. Une équipe formée d'un médecin occidental, d'un/une infirmier/ère ainsi que d'une traductrice (tibétain-anglais) soignait les patients dans le petit ambulatoire à Ganzi ou bien leur rendait visites chez eux, dans les villages lointains. Les moyens de traitement étaient simples. Nous essayions aussi de collaborer avec les médecins locaux et d'utiliser la médecine traditionnelle tibétaine.

 

Un des éléments essentiels était la lutte contre la tuberculose.
Le traitement était gratuit pour les tuberculeux. Les autres patients payaient en général un montant minimal.

 

 



 
« NIMA - Sozialprojekte in Tibet

Deutscher Verein: Nima-Sozialprojekte in Tibet.de